Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 20:19

Et non, je n'ai pas oublié le « best seller » de FD-Photographie ! Comme vous avez pu voir sur le compte Twitter du blog, ça fait déjà quelques semaines que je suis sur l'écriture de la version 2013-2014 du guide des écrans photos. C'est un travail conséquent , même pour une mise à jour par rapport à la version de l'année derniére !

De nouveaux modèles d'écran sont apparus et d'autres ont disparu du catalogue des fabricants. De nouvelles technologies de dalles et de rétroéclairage sont aussi arrivées sur le marché cette année et d'anciennes sont entrain de disparaître petit à petit. J'ai donc essayé de faire le point sur tout cela et de proposer une fois de plus les informations les plus fiables possibles pour que n’importe quel photographe puisse se retrouver dans cette jungle informatique. En dehors des données provenant des constructeurs, j'ai aussi modifié et ajusté certains critères tout en gardant la même structure que le guide des écrans photos de Noël 2012.

 

------------------

 

Tous les écrans informatiques ne sont pas aptes à figurer dans ce guide. Pour y être, donc être considéré comme un écran photo et de traitement d'image, il faut obligatoirement remplir 3 critères :

  • Avoir une dalle de technologie IPS, VA ou PLS (les dalles TN sont obligatoirement exclues).

  • Avoir une dalle matte, semi-brillante ou brillante avec traitement anti-reflet.

  • Un écran qui se règle en hauteur, s'incline, se tourne et se pivote en portrait ou paysage (pas obligatoire pour ce dernier).

 

Le guide regroupe tous les écrans du marché, allant de 160 Euros à 3900 Euros. Pour les classer, 6 catégories ont été identifiée :

  • « Photographe Débutant », avec des écrans allant jusqu'à 249 Euros.

  • « Photographe Amateur », avec des écrans allant de 250 à 399 Euros.

  • « Photographe Amateur Exigeant », avec des écrans allant de 400 à 599 Euros.

  • « Photographe Expert », avec des écrans allant de 600 à 999 Euros.

  • « Photographe Semi-Pro », avec des écrans allant de 1000 à 1599 Euros.

  • « Photographe Professionnel », avec des écrans allant au delà de 1600 Euros.

 

Vous pourrez constater que chaque catégorie à sa configuration « standard », pour la situer sur le marché.

Ensuite, les écrans sont détaillés avec les caractéristiques suivantes :

  • Prix.

  • Marque.

  • Modèle.

  • Taille.

  • Format.

  • Résolution.

  • Type de dalle.

  • Rétroéclairage utilisé.

  • Profondeur des couleurs.

  • Gamme de couleur.

  • LUT 3D disponible ou pas.

  • Calibration matériel disponible ou pas.

  • Correction de l'uniformité disponible ou pas.

  • Connectique.

  • Commentaires supplémentaires comme la garantie, les équipements fournis, ….

 

Pour les prix, je me suis basé sur ceux du net et plus particulièrement sur 3 sites :

www.materiel.net

www.ldlc.fr

www.graphic-reseau.com

 

Pour finir et avant de regarder le tableau Excel, il est nécessaire de faire un point sur certaines caractéristiques des écrans d'ordinateur, pour pouvoir faire son choix correctement et en fonction de ses besoins.

 

Position et double écran :

Pour un photographe, il est indispensable d'avoir les yeux parfaitement en face de son écran. Un moniteur permettant d'être réglé en hauteur, d'être incliné et d'être tourné est donc obligatoire. Si vous souhaitez vous faire une configuration double écran, vous pouvez rajouter le réglage en mode portrait/paysage à l'achat. L'écran 1 pourra être mis en paysage et l'écran 2 en portrait. Je vous rappelle que l'on photographie très souvent en mode portrait. Un moniteur réglé dans ce mode permet de visualiser la photo en plein écran et sans bordures noires sur les côtés. Le confort est réel.

Un autre avantage d'avoir 2 écrans est que les logiciels de post-traitement comme Lightroom supportent cette configuration. Vous pouvez donc avoir la photo avant retouche sur le moniteur 1 et la photo retouchée sur le moniteur 2. Vous pouvez aussi avoir la mosaïque de l'album photo sur le moniteur 1 et la photo sélectionnée sur le moniteur 2. Une fois que l'on a goûté au double écran, il est très difficile de s'en passer !

 

DSC03291

 

Dalle matte :

Les photographes travaillant le plus souvent dans la pénombre, il serait dommage de se voir dans son écran comme dans un miroir... C'est donc pourquoi une dalle matte ou semi-brillante est indispensable. Il faut éviter les dalles avec protection en verre comme sur les Apple iMac ou Cinema Display. Néanmoins, certains écrans brillants possèdent un traitement anti-reflet assez efficace. A essayer et choisir en fonction de son environnement de travail, pour éviter toute mauvaise surprise !

 

Format :

Il y a plusieurs types de format d'écran sur le marché, mais les plus courants sont le 16/9 (format de votre téléviseur) et le 16/10. Le 4/3 ayant quasiment disparu, le 16/10 est donc le meilleur compromis pour un écran photo. Pour la même taille qu'un 16/9, on a une plus grande résolution et c'est très agréable. D'ailleurs, les écrans très haut de gamme, utilise principalement ce format.

 

Type de dalle :

Il y a 4 grandes technologies de dalle d'écran, le TN (Twisted Nematic), le VA (Vertical Alignment), l'IPS (In-Plane Switching) et nouvellement l'IGZO.

 

Les dalles TN ont pour pour avantages leur faible coût de fabrication et leur excellente réactivitée (parfait pour les joueurs!). Par contre, la colorimétrie est médiocre (ne couvre même pas le spectre sRGB), le taux de contraste est faible et les angles de vision sont très réduits (en étant en face d'un écran à dalle TN, on peut voir que le haut de l'écran n'affiche pas complètement les même couleurs que le bas). Comme cité plus haut, les dalles TN sont à éviter comme le diable pour faire de la photo, même en novice !

 

Les dalles VA ont pour avantages des angles de vision relativement ouvert (on peut quand même apercevoir une très légère variation sur certaines couleurs en bougeant la tête), un excellent contraste avec des noirs très profonds (taux de contraste en général proche de 3000:1) et un bon rendu des couleurs (la techno VA étant capable de couvrir le sRGB et presque totalement l'Adobe RGB). Les dalles VA sont donc bien adaptées à la photographie et la retouche d'image. Par contre, les dalles VA sont en générales les moins réactives des 3 et consommatrice d'énergie.

Il y a 2 grandes familles de dalle VA, le MVA (Multi-domain Vertical Alignment) dont AU Optronics-Benq est le principal fabricant et le PVA (Patterned Vertical Alignment) dont Samsung est le principal fabricant. La dernière évolution du MVA est l'A-MVA+, qui fait suite à l'A-MVA (Advanced MVA). La version haut de gamme du PVA est le S-PVA et sa version « low cost » le PSA (qui remplace le cPVA). L'A-MVA et le PSA se retrouve sur des écrans d’entrée de gamme, tandis que le S-PVA est présent sur les écrans haut de gamme.

A noter que Samsung laisse plus ou moins tomber la technologie VA au profit d'une variante de l'IPS, le PLS (voir ci-dessous). AU Optronics-Benq se retrouve donc comme le seul spécialiste et supporteur de cette techno.

 

Les dalles IPS ont pour avantage des angles de vision très ouverts (meilleurs que les 2 précédentes technologies), une colorimétrie excellente (quelques rares écrans IPS sont capables de couvrir à 99% l'Adobe RGB avec le rétroéclairage adéquate), un bon contraste (taux de contraste en général proche de 1000:1) et une bonne réactivitée (certains joueurs utilisent des écrans IPS). Par contre, l'IPS est victime du « Glow Effect ». Lorsque l'on regarde l'écran de coté, les noirs peuvent virer au violet sur l'eIPS et au gris sur les autres variantes IPS. L'ajout de filtre en usine sur les écrans haut de gamme permet de réduire ce phénomène. Néanmoins, les dalles IPS sont parfaites pour la photographie et le traitement d'image. D'ailleurs, cette technologie est largement majoritaire sur les écrans de ce guide. L'IPS pousse petit à petit le VA vers la sortie.

Il y a 2 grandes familles de dalle IPS, l'IPS « classique » dont LG est le principal fabricant et le PLS (Plane to Line Switching) dont Samsung est l'unique fabricant (l'AD-PLS en étant la dernière évolution). Les évolutions de l'IPS sont nombreuses et on peut parfois s'y perdre. Pour résumer, il y a d'abord eu l'IPS, puis le S-IPS, ensuite le H-IPS, après le P-IPS et pour finir l'AH-IPS qui en est la dernière évolution. Il y a aussi l'eIPS qui est le format « économique » du H-IPS ( comme le cPVA l'était avec le S-PVA).

A noter que LG est le grand spécialiste et supporteur de l'IPS.

 

Voici une nouvelle technologie apparue cette année qui pourrait bien évincer l'IPS dans quelques années, l'IGZO. Son leader incontestable est le japonais SHARP. Le nom de cette techno fait référence à sa composition en Indium Gallium Zinc Oxyde en lieu et place du traditionnel Silicium. Grâce à cette nouvelle composition, SHARP promet une consommation en chute libre, des dalles de plus grande résolution pour la même taille, une réactivité sans précédent et une excellente colorimétrie. Théoriquement, on pourrait donc avoir des écrans Adobe RGB (avec le rétroéclairage qu'il faut), pour joueur ou cinéaste, avec une résolution 4K / Ultra HD pour une taille de 24 Pouces et ne consommant pas grand chose en électricité. Ces promesses semblent en passe d'être tenues et 2014 verra l'émergence de nombreux écrans IGZO pour photographe. Merci SHARP !

 

Rétroéclairage :

Il y a 2 types de rétroéclairage, CCFL (tubes type néon à l’arrière de la dalle. Voir l'image ci dessous) et à LED (LEDs tout autour de la dalle. Voir l'image ci dessous. Sur les téléviseurs, on appelle ça aussi « LED Edge »).

 

Le CCFL diffuse une lumière assez neutre permettant d'avoir des écrans Adobe RGB. Les tubes étant derrière la dalle, les fuites de lumière sont peu fréquentes et peu visibles.

Par contre, les tubes nécessitent un temps de chauffe de l'ordre de 30min pour pouvoir se stabiliser et être efficace. De plus, les tubes faiblissent avec le temps (le rétroéclairage perd ainsi de son efficacité) et ne sont plus très uniformes. Pour finir, le rétroéclairage CCFL est grande consommatrice d'énergie. Ce type de rétroéclairage est entrain de complètement disparaître.

 

CCFL

 

Le LED ne nécessite pas de temps de chauffe et ne faiblit pas dans le temps. La consommation d'énergie des LEDs est aussi très faible (si vous avez une âme écolo...). L'intensité des LEDs permet un meilleur contraste que le CCFL. Pour finir, le rétroéclairage LED a (si bien maîtrisé) une très bonne uniformité. Par contre, avec des LEDs tout autour de la dalle, les fuites de lumière sont presque inévitables et plus ou moins présentes (c'est malheureusement la loterie!). De plus, la Lumière blanche des WLEDs n'est pas neutre et dévie vers le bleu. Cela ne permet pas de faire des écrans Adobe RGB, mais juste de couvrir le sRGB.

 

LED image

 

De Très rares écrans utilisent un rétroéclairage RGB LED. C'est à dire qu'au lieu d'avoir des LEDs blanches, ce sont des LEDs rouges, bleus et vertes qui sont utilisés. Les avantages et les inconvénients sont les mêmes que le WLED, à l'exception de la profondeur des couleurs qui devient inégalable associée à une bonne électronique et une dalle IPS. Cela permet de couvrir l'Adobe RGB et même de le dépasser. Par contre, le RGB LED est très cher comme technologie et donc très peu utilisé.

Heureusement, il existe une variante haute gamme permettant de couvrir l'Adobe RGB et qui est apparue cette année, le GB-r LED. Des LEDs vertes et bleus sont associées à du phosphore rouge. Cela permet d'économiser les LEDs rouges tout en permettant à la dalle de couvrir entièrement l'Adobe RGB et d'avoir des performances proches d'un véritable rétroéclairage RGB LED.

 

Profondeur des couleurs :

La profondeur des couleurs est aussi appelé « Gamut ». Il y a énormément de standard, mais les 2 plus connus sont l'Adobe RGB (aussi appelé « Wide Gamut », à tort!) et le sRGB (aussi appelé « Standard Gamut »).

Le sRGB est le standard utilisé par nos ordinateurs (Windows et Mac) et les logiciels. Ce standard à l'avantage d'être « léger » et assez proche de la réalité.

Comme vous pouvez le voir ci-dessous, l'Adobe RGB est plus étendu que le sRGB dans les verts et les bleus (cyan). Il est donc encore plus proche de la réalité et parfait pour la photo. Malheureusement, ce n'est pas le standard par défaut sur nos ordinateurs. Il est donc très peu utilisé et reconnu. Pour l'utiliser, il faut donc une chaîne de travail complète en Adobe RGB (carte graphique, logiciel, écran et imprimante). C'est donc très contraignant.

Pour imager, le sRGB est comme un format compressé des couleurs. Une sorte de JPEG et de MP3. L'Adobe RGB est comme un format non-compressé des couleurs. Une sorte de RAW et de CD audio.

Si vous souhaitez régulièrement imprimer vos photos en A4, A3 et au-delà, l'Adobe RGB est indispensable pour vous. Si vous souhaitez faire de la diffusion web de vos photos ou les imprimer de temps en temps, vous pouvez rester en sRGB.

Un dernier point, tous les appareils photos reflexs sont capables de photographier en Adobe RGB.

 

AdobeRGB-vs-sRGB

 

Gamme de couleur :

La gamme de couleur peut être de 8 bits ou de 10 bits. Les écrans 8 bits affichent 16,7 millions de couleurs et les écrans 10 bits affichent 1,07 milliards de couleurs. Ca a l'air simple, non ? Pas tant que ça ! Ca se complique à cause des constructeurs.

Il y a 2 types d'écran 8 bits, les « vrais » et les « simulés ». Les écrans 8 bits « simulés » sont en fait des 6 bits + AFRC (système électronique permettant de faire clignoter les pixels très rapidement et de faire croire à l’œil humain qu'il y a 2 bits supplémentaires). Comme vous pouvez le voir dans ce guide, les « vrais » 8 bits ne sont presque pas présents dans l'entrée de gamme. Heureusement, les 6 bits + AFRC devraient disparaître d'ici quelques années.

Dans le haut de gamme, les écrans ne sont que des 10 bits « simulées » (attention au marketing des fabricants!!!), c'est à dire des 8 bits + AFRC. De vrais 10 bits tardent à arriver sur le marché.

Attention, pour profiter du 10 bits (simulé ou vrai), toute la chaîne doit l'être ! C'est à dire que votre écran haut de gamme doit être branché en Display Port (seule connectique à supporter le 10 bits) à une carte graphique professionnelle (ATI FirePro et Nvidia Quadro). Les cartes graphiques grand public (ATI Radeon et Nvidia GeForce) ne supporte que le 8 bits. De plus, il n'y a que Photoshop qui supporte le 10 bits. Même Lightroom ne le supporte pas (à vérifier sur la version 5, car c'est peut être le cas maintenant...) !

 

LUT 3D :

La LUT (LookUp Table) réceptionne les signaux RGB de l'ordinateur, les traite et les envoie à la dalle. Le LUT est une sorte de carte graphique de l'écran. Sur une LUT 1D (une dimension), les 3 couleurs primaires sont mélangées pour être traitées. Sur une LUT 3D, les signaux RGB sont traités séparément. Cela permet d'avoir de meilleur dégradé de couleur, évite le mélange des teintes et les cassures de tonalité.

 

Calibration matériel :

Lorsque l'on utilise la calibration logiciel, on calibre en fait son écran AVEC la carte graphique de l'ordinateur. Le profil de calibration créé est ainsi géré et dépendant du système d'exploitation (Windows ou Mac OS X).

Avec une calibration matériel, on ne calibre QUE l'écran (ce qui est l'objectif à la base) et le profil créé va directement dans la mémoire de l'écran. La calibration « hardware » est totalement indépendante de l'ordinateur. De plus, les logiciels fournis par les constructeurs d'écran (SpectraView Profiler pour Nec, Color Navigator pour Eizo, Natural Color Expert pour Samsung, ...) sont spécialement conçus pour une calibration matériel de l'écran de la marque, ce qui n'est pas le cas d'une calibration logiciel d'un fabricant de sonde qui est générique. Une calibration matériel est un peu plus précise et plus facile à faire.

 

Correction de l'uniformité :

Les écrans ne sont jamais uniformes. On peut plus ou moins le voir sur une image grise. Entre le centre et le reste de l'écran, on peut avoir jusqu'à 20% de différence d'uniformité et même 30% dans les pires cas, ce qui se traduit par des zones sombres ou claires. Cela peut poser des problèmes pour un photographe ou graphiste qui à l'impression qu'une partie de son image est plus sombre alors que c'est un défaut de l'écran. C'est encore pire pour de la photo noir et blanc !

Pour éviter ça, certains constructeurs (Eizo et Nec en tête, puis maintenant Dell) ont mis au point des systèmes électroniques et automatiques de correction de l'uniformité. C'est totalement transparent pour l'utilisateur. Ces systèmes (DUE chez Eizo et ColorComp chez Nec) permettent d'avoir une uniformité ne dépassant pas les 10%, voir 5% sur les modèles les plus chers. C'est extrêmement efficace et quasi indispensable pour tous les photographes passionnés à mon sens. Le seul inconvénient d'un tel système est que le contraste est un peu réduit.

 

------------------

 

Vous trouverez la liste des écrans photos en téléchargeant le fichier Excel depuis ce lien. Pour cela, allez dans « Fichier » (ou « File »), puis « Télécharger » (ou « Download »). Je vous rassure, c'est gratuit et il n'y a pas de virus ou macro louche ;-) . Vu la taille du tableau, je ne peux pas directement l'afficher dans l'article et je suis obligé de procéder de cette façon.

Si vous avez le moindre problème pour télécharger le fichier, contactez moi !

 

La catégorie « Photographe débutant » s'adresse aux photographes occasionnels ou à ceux qui souhaitent se lancer dans cette coûteuse passion. Ils n'utilisent pas de logiciel de post-traitement et ont comme appareil photo un bon compact ou un bridge.

Dans cette catégorie, on constate que les écrans utilisent des dalles « low cost ». L'Iiyama ProLite XB2483HSU-B1 se détache avec sa vraie dalle 8 bits A-MVA+ de dernière génération et sa grande taille de 24 pouces.

 

La catégorie « Photographe amateur » s'adresse aux photographes passionnés, mais pas très fortunés. Ils utilisent un compact expert ou un hybride d’entrée de gamme. Ils font un peu de retouche/post-traitement à l'aide de logiciel simple comme iPhoto sous Mac.

On y trouve les premiers écrans 16/10, les premiers 27 pouces (en Full-HD uniquement). Les dalles sont majoritairement de vrais 8 bits.

Le Samsung SyncMaster S24A850D et le NEC MutiSync EA244WMi avec leurs dalles de dernière génération et leur format 16/10 sortent du lot.

 

La catégorie « Photographe amateur exigeant » s'adresse aux photographes passionnés ayant un reflex d’entrée de gamme APS-C ou un hybride haut de gamme et utilisant le logiciel de leur constructeur d'appareil photo comme « derawtiseur ». Ils partagent leurs œuvres sur le web et peuvent imprimer de temps en temps.

Les premiers écrans Adobe RGB et les premiers 27 pouces avec de très grosses résolutions apparaissent. A part 2 modèles, les dalles sont de qualité ! Le Dell U2413 sort clairement du lot avec sa couverture Adobe RGB, sa calibration matériel avec sonde X-rite i1 et sa correction automatique de l'uniformité. Les caractéristiques sont impressionnantes et dignes de la catégorie supérieure.

 

La catégorie « Photographe expert » s'adresse aux photographes très passionnés, imprimant leurs photos et/ou ayant une galerie sur le web pour exposer leurs œuvres. Ils ont un reflex milieu de gamme (voir expert) ou un hybride expert et utilisent un logiciel comme Lightroom, AfterShot Pro ou Aperture.

On y trouve le haut de gamme des constructeurs généralistes avec des écrans de grande taille. Le top des écrans sRGB est présent avec calibration matériel, correction de l'uniformité et LUT 3D.

Les premiers écrans Adobe RGB haut de gamme apparaissent. D'ailleurs, l'Eizo ColorEdge CG223W est même certifié Fogra PreCert Classe B.Vous avez l'embarras du choix !

Le Dell U2713H et le dernier Nec PA242W sont très bien dotés pour la catégorie.

 

La catégorie « Photographe semi-pro » s'adresse aux photographes très passionnés, très exigeants et très connaisseurs. Ca peut aussi être leur métier. Ils ont un reflex expert en APS-C (voir un reflex plein format) ou un hybride professionnel et utilisent plusieurs logiciels pour traiter leurs photos (Lightroom ou Aperture + Photoshop pour de la retouche, par exemple). Ils impriment leurs photos et sont très exigeants sur le rendu.

Vous n'avez plus QUE des écrans Adobe RGB. Les écrans sont tous de haut niveau. Les premiers écrans géants 30 Pouces apparaissent. La catégorie est dominée par les 2 spécialistes que sont Eizo et Nec. D'ailleurs, le Nec SpectraView 242W et l'Eizo ColorEdge CX240 sont parfaits pour la catégorie.

 

La catégorie « Photographe professionnel » s'adresse aux photographes dont c'est le métier. Ils ont un reflex plein format (voir même plusieurs boîtiers) et utilisent plusieurs logiciels pour traiter leurs photos (Lightroom ou Aperture + Photoshop, par exemple). Ils exposent leurs œuvres dans des galeries d'art, des magazines, … Le rendu des couleurs est vital pour eux !

C'est du no-limit ! Certains écrans de cette catégorie sont calibrés en usine et ont leur dalle qui a été trié par le constructeur au préalable. La certification d'épreuvage Fogra PreCert Classe A est un standard pour la catégorie. Quelque soit l'écran, vous avez ce qui ce fait de mieux pour vos photos ! Quand Nec propose un énorme 30 pouces, Eizo intègre une sonde de calibration dans ces écrans. Le top ! A noter que le premier écran IGZO apparaît ici, mais il fait juste de la figuration en attendant la démocratisation de cette technologie.

Le Nec SpectraView Reference 242W a tout pour lui dans cette catégorie.

 

------------------

 

Une fois acheté, votre écran doit être calibré à l'aide d'une sonde. Si vous n'en possédez pas encore une (honte à vous!), vous pouvez sélectionner le profil sRGB (ou Adobe RGB s'il est supporté) dans le menu de votre écran. En général, les profils prédéfinis ne sont pas trop mauvais par défaut, même sur les écrans d'entrée de gamme. Sur les écrans très haut de gamme, ils sont même excellents car l'écran est calibré et réglé en usine dessus. De toute façon, rien ne vaut une calibration dès que vous le pouvez !

A noter que l'avenir est à Ultra HD (aussi appelé 4K) et aux dalles IGZO.

 

 

J’espère que ce guide vous aura aidé. Si vous y constatez des erreurs, n'hésitez pas à me contacter.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cerris - dans Informatique
commenter cet article

commentaires

Régis Minot 20/11/2014 02:08

Bonjour

Merci pour cette excellente mise à jour de votre guide sur les écrans photo. J'avoue être tenté par l'achat d'un écran 27 pouces IPS (NEC PA272 ou NEC SV272 par exemple) en résolution 2560x1440
mais les annonces d'écrans ultraHD se précipitent (il y a 2 jours, nouvel écran 5K de Dell) avec éclairage LED, dalles IPS, wide gamut, etc ... Je pense, au vu de cette concurrence grandissante,
qu'on va assister à des baisses de prix sur ce type d'écrans dont l'intérêt pour la photo, me semble évident. Peut-être vaut-il mieux attendre encore un peu pour voir comment les choses évoluent.
Au salon de la photo, EIZO présentait un nouvel écran ultraHD 27 ", en version beta. J'ai posé la question à un expert lightroom sur le stand Adobe. Ils travaillent sur la version 6 prévue courant
2015, qui supportera les écrans 4K (sans doute avec des polices plus grandes pour les menus).

Cerris 20/11/2014 14:22



 


Bonjour,


 


Ca dépend de vos besoins ! Comme je l’ai dit à Philippe plus haut, les écrans 4K/UHD/5K vont supplanter les écrans Full HD/2K. Maintenant, il ne faut pas
choisir un écran pour sa grosse résolution, car c’est comme choisir un appareil photo pour son nombre de Mpixels. Ce seul critère ne veut rien dire et n’est pas synonyme de qualité globale. Il ne
faut pas céder à la mode.


Je pense qu’il va falloir attendre encore au moins 1 ou 2 ans avant d’avoir une bonne vision sur cette nouvelle génération d’écran car c’est un peu le foutoir pour
le moment. C’est à celui qui sortira l’écran avec la plus grosse résolution (marketing) ! Je pense que la prochaine gamme Nec (PA, SV et SVR) et Eizo (CS, CX et CG) auront de grosses
résolutions. En attendant, un PA272/SV272/SVR272 ou un CX271/CG277 fait parfaitement l’affaire avec sa déjà grosse résolution.


 


Petite info générale, je vais commencer à bosser sur le Guide des écrans photos 2014/2015. Ca va me prendre du temps car c’est beaucoup de boulot. L’article devrait
donc sortir mi-décembre comme celui-ci. J



Philippe Denizet 18/11/2014 12:01

Bonjour,

Merci pour cet article et son excellent tableau.

Ce commentaire suite à ma visite au salon de la photo. Les écrans Nec et Eizo étaient exposés par un distributeur avec des tarifs super intéressants.
Ces tarifs peuvent être maintenus jusqu'à ce vendredi (le 21/11/14).

Ce courriel car j’ai besoin de votre avis. Je souhaite un écran de 27 pouces (en 2560 x 1440) afin d’avoir un espace de travail suffisamment grand (j’ai un 26p actuellement et je ne me vois pas
revenir à une dimension plus petite).

Je suis tenté par un écran avec calibration matérielle mais les tarifs dépassent mon budget.
Je devrais également me racheter une sonde car ma Xrite i1 one est apparemment trop ancienne et n’est pas supportée par les écrans à LED.

Mes besoins : des couleurs & tonalités justes et larges (je suis actu en sRGB mais je compte passer en Adobe RGB), de beaux dégradés (= LUT 3D & 8 bits + AFCR ??), une stabilité de l’écran
dans le temps.

Après passage sur le salon, je m’oriente sur le Nec PA 272 qui est proposé à 999 euros TTC car Eizo CX271 un peu plus cher (1379 euros TTC) et sans LUT 3D.

J'ai été étonné de voir que le NEC était déjà présent dans votre comparatif 2013-2014.

Je me demande donc s’il ne va pas être remplacé (très) rapidement.
Ne sachant pas lors de ma discussion que ce moniteur était déjà proposé l’année dernière, je n’ai pu poser la question au distributeur.

Ce distributeur ne propose que ces 2 marques. Or, vous listez plusieurs autres marques et modèles, notamment le LG 27EA83 (bcp moins cher avec calibration matériel mais LUT 1D) ou le DELL U2713H
(ss LUT 3D toutefois) mais qq critiques négatives sur cet écran (irrégularité qualité dalle) et décrié par certains pro.

Je me donc pose un certain nombre de questions :

- Puis-je trouver aussi bien que le PE272 pour moins cher ou plutôt puis-je trouver au même prix un écran d’aussi bonne qualité avec calibration matérielle ?
- Vaut-il mieux privilégier la correction de l’uniformité au LUT 3D ou à la calibration matérielle ? Cette dernière est-elle vraiment intéressante ?
- L’arrivée de la 4K ne va-t-telle pas faire baisser les prix des écrans « normaux » ?

Un grand merci par avance pour les réponses que vous pourrez m’apporter.
Philippe

Cerris 20/11/2014 13:52



Bonjour,


 


De rien !


Pour vos besoins, le Nec PA272 est clairement fait pour vous ! Dans votre cas, la LUT 3D et la correction de l’uniformité sont à privilégier par rapport à la
calibration matérielle. Même si elle est un peu moins performante en théorie, la calibration logicielle suffira. D’autant plus que le logiciel Xrite est très bien foutu et performant.


Il est évident que les écrans 4K/UHD ont le vent en poupe. Mais le PA272 bénéficie déjà d’une résolution largement supérieur à la Full HD (contrairement aux 24
pouces). De plus, les applications ne sont pas encore toutes réécrites pour supporter la 4K, ce qui a pour impact des icônes et un affichage trop petit. Dernier point, le PA272 (et la gamme Nec
hors 4K) est fiabilisée. Les écrans 4K étant trop récents et chers, les retours utilisateurs sont donc quasiment inexistants. Mais de toute évidence, les écrans UHD/4K vont faire disparaitre les
écrans à résolution  actuelle.


Si votre budget est strictement de 1000 Euros, je prendrai (ça n’engage que moi et je ne détiens pas la vérité) le PA272 en 27 pouces. Les concurrents Dell, LG et
autres (à part Eizo bien entendu !), ne sont pas au niveau en termes de qualité et d’efficacité, même s’ils ont le même type de fonction (calibration matérielle, contrôle de l’uniformité,
…).


 


Quelque soit votre choix final, un retour de votre part sera très intéressant pour moi et les lecteurs !



Régis Minot 03/09/2014 11:15

Bonjour,

Je suis impressionné par l'ampleur du travail que vous avez réalisé. C'est très intéressant. Je me situe dans la catégorie des amateurs exigeants. J'ai un Nikon D800 dont la résolution native de
7360 x 2048 me pousse à rechercher un écran de type 4K (résolution 3840 x 2048.
J'ai vu que ce type d'écrans commencent à apparaître sur le marché, à des prix "raisonnables" (entre 600 et 1000 €). Votre test, qui date de la fin 2013, je crois, ne les prend pas en compte (sauf
un). Envisagez-vous de réactualiser votre étude comparative ?

Cerris 12/10/2014 17:14



Bonjour et bienvenu,


 


Tout d'abord, merci !


Comme tous les ans, je vais mettre à jour le guide des écrans photos très prochainement. Pour cela j'attends encore un petit peu les temps que les fabricants
annoncent leurs modèles pour Noël. Donc patience ! ;-)


 


 


Cordialement



Gilles 16/02/2014 18:43

Bonjour,
Concernant l'écran DELL U 2413 dans votre liste d'écrans photos par ordre de prix, vus indiquez qu'il est uniquement "réglable" avec la sonde Xrite 1l.. J'ai une Spyder pour régler mes écrans, je
ne pourrais pas m'en servir pour calibrer cet écran??
Question "subsidiaire": que pensez-vous de cet écran pour le "vraie" retouche photo...

En vous remerciant pour votre très intéressant site qui nous renseigne énormément.

prep 14/01/2014 16:59

Un grand merci pour tout le travail fait qui est rigoureux et excessivement clair. Tout cela m'aura été d'une réelle utilité :)
Je rejoins m@nu sur sa remarque sur la classification amateur/expert/pro, mais ce n'est qu'un indicateur (que l'on est libre de suivre ou non), ça n'a donc pas de réelle importance.
Bravo et encore merci.

Matériels Photographiques

Réflex numérique:
Sony A300 avec poignée verticale.

Objectifs: 
Carl Zeiss Vario-Sonnar 16-80mm, F3.5-4.5.
Sony 18-70mm, F3.5-5.6.
Sony G 70-400mm, F4-5.6 SSM.
Sony 100mm Macro, F2.8.

Informatique:
Ordinateur de bureau 16Go RAM Core i7 2600.
2 écrans ViewSonic VP2365-LED.
Sonde de calibration X-Rite i1 Display Pro.
Tablette Graphique Wacom Intuos M.
Ordinateur portable HP ProBook 4330s.
Tablette Graphique Wacom Bamboo Pen.
Adobe LightRoom 3.6 en 64bits.
GIMP 2.8.8.

Autres:
Sac Lowepro Flipside 400AW.
Trépied Velbon CX-540.

Compte Twitter

Catégories Des Articles

Liens