Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 16:09

Suite à la promo concernant les tablettes graphiques Intuos et Intuos Pro de Wacom sur Materiel.net (que j'avais partagé avec vous ici), j'ai décidé d'en profiter et de lâchement craquer. Néanmoins, j'ai été raisonnable puisque mon choix ne s'est pas porté sur une Intuos Pro Medium (ça m'a quand même sérieusement démangé!), mais sur une Intuos Pen & Touch Medium. La voici ci-dessous :

 

DSC03439.JPG

 

Comme pour ma Bamboo Pen, je vous ferai une petite revue. D'ailleurs, elle est déjà en cours d'écriture, mais j'attends d'avoir un peu plus d'heures de vol avec l'Intuos pour la compléter. Ce que je peux vous dire c'est qu'il y a beaucoup de positifs et de mieux par rapport à la génération précédente (Bamboo), mais il y a aussi quelques points négatifs et même quelques légères régressions. Néanmoins, je suis pour le moment très satisfait et je ne regrette pas mon choix. J'apprécie beaucoup les touches de raccourcis programmables, la grande surface d'utilisation et le multitouch, tout ce qui manquait à ma Bamboo !

 Finalement, une Intuos Pro aurait été véritablement un caprice (fort agréable, mais inutile pour mon utilisation) de geek.

Concernant ma Bamboo Pen, je la garde pour mon ordinateur portable et elle est d'ailleurs déjà paramétrée pour celui-ci, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

 

DSC03444.JPG

 

 

Et vous, avez vous craqué comme moi ? ;-)

Repost 0
Published by Cerris - dans Informatique
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 09:03

A l’occasion de son 14ème anniversaire, le site d’achat en ligne Materiel.net offre en ce moment 20% de remise sur toutes les tablettes graphiques Wacom Intuos 2014 et 15% de remise sur presque toutes les Intuos Pro 2014 (il ne manque que la « Special Edition », mais qui n’apporte pas grand-chose de plus par rapport à la version classique). Cette remise n’est valable que jusqu’à mercredi (le 23 avril) et elle concerne au total 7 produits Wacom ! Vu la qualité unanimement reconnue des tablettes graphiques de la marque japonaise et… leurs prix, cette promotion est vraiment super intéressante. Pour y accéder, c’est ici.

Pour info, l’Intuos est plutôt une tablette pour débutant dans le monde du graphisme ou pour photographe ne se servant de ce genre de périphérique que dans Ligthroom (ou équivalents).

L’Intuos Pro est plutôt destinée au graphiste expérimenté ou au photographe faisant également de la retouche photo (typiquement utilisant Photoshop + Lightroom, ou équivalents).

 

Personnellement, je vous déconseille le premier modèle « Intuos Pen Small » qui est la seule à ne pas être dotée du multitouch (pratique pour zoomer très rapidement sans passer par le clavier). C’est une option qui me manque cruellement sur ma Wacom Bamboo Pen (ainsi que des touches ExpressKeys !). Du coup, je me laisserai bien tenter par une « Intuos Pen & Touch Medium », ou même carrément par une « Intuos Pro Small », voir déraisonnablement par une « Intuos Pro Medium » (mon côté ultra-geek qui prend le pas sur mon côté photographe passionné !!!).

Repost 0
Published by Cerris - dans Informatique
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 20:19

Et non, je n'ai pas oublié le « best seller » de FD-Photographie ! Comme vous avez pu voir sur le compte Twitter du blog, ça fait déjà quelques semaines que je suis sur l'écriture de la version 2013-2014 du guide des écrans photos. C'est un travail conséquent , même pour une mise à jour par rapport à la version de l'année derniére !

De nouveaux modèles d'écran sont apparus et d'autres ont disparu du catalogue des fabricants. De nouvelles technologies de dalles et de rétroéclairage sont aussi arrivées sur le marché cette année et d'anciennes sont entrain de disparaître petit à petit. J'ai donc essayé de faire le point sur tout cela et de proposer une fois de plus les informations les plus fiables possibles pour que n’importe quel photographe puisse se retrouver dans cette jungle informatique. En dehors des données provenant des constructeurs, j'ai aussi modifié et ajusté certains critères tout en gardant la même structure que le guide des écrans photos de Noël 2012.

 

------------------

 

Tous les écrans informatiques ne sont pas aptes à figurer dans ce guide. Pour y être, donc être considéré comme un écran photo et de traitement d'image, il faut obligatoirement remplir 3 critères :

  • Avoir une dalle de technologie IPS, VA ou PLS (les dalles TN sont obligatoirement exclues).

  • Avoir une dalle matte, semi-brillante ou brillante avec traitement anti-reflet.

  • Un écran qui se règle en hauteur, s'incline, se tourne et se pivote en portrait ou paysage (pas obligatoire pour ce dernier).

 

Le guide regroupe tous les écrans du marché, allant de 160 Euros à 3900 Euros. Pour les classer, 6 catégories ont été identifiée :

  • « Photographe Débutant », avec des écrans allant jusqu'à 249 Euros.

  • « Photographe Amateur », avec des écrans allant de 250 à 399 Euros.

  • « Photographe Amateur Exigeant », avec des écrans allant de 400 à 599 Euros.

  • « Photographe Expert », avec des écrans allant de 600 à 999 Euros.

  • « Photographe Semi-Pro », avec des écrans allant de 1000 à 1599 Euros.

  • « Photographe Professionnel », avec des écrans allant au delà de 1600 Euros.

 

Vous pourrez constater que chaque catégorie à sa configuration « standard », pour la situer sur le marché.

Ensuite, les écrans sont détaillés avec les caractéristiques suivantes :

  • Prix.

  • Marque.

  • Modèle.

  • Taille.

  • Format.

  • Résolution.

  • Type de dalle.

  • Rétroéclairage utilisé.

  • Profondeur des couleurs.

  • Gamme de couleur.

  • LUT 3D disponible ou pas.

  • Calibration matériel disponible ou pas.

  • Correction de l'uniformité disponible ou pas.

  • Connectique.

  • Commentaires supplémentaires comme la garantie, les équipements fournis, ….

 

Pour les prix, je me suis basé sur ceux du net et plus particulièrement sur 3 sites :

www.materiel.net

www.ldlc.fr

www.graphic-reseau.com

 

Pour finir et avant de regarder le tableau Excel, il est nécessaire de faire un point sur certaines caractéristiques des écrans d'ordinateur, pour pouvoir faire son choix correctement et en fonction de ses besoins.

 

Position et double écran :

Pour un photographe, il est indispensable d'avoir les yeux parfaitement en face de son écran. Un moniteur permettant d'être réglé en hauteur, d'être incliné et d'être tourné est donc obligatoire. Si vous souhaitez vous faire une configuration double écran, vous pouvez rajouter le réglage en mode portrait/paysage à l'achat. L'écran 1 pourra être mis en paysage et l'écran 2 en portrait. Je vous rappelle que l'on photographie très souvent en mode portrait. Un moniteur réglé dans ce mode permet de visualiser la photo en plein écran et sans bordures noires sur les côtés. Le confort est réel.

Un autre avantage d'avoir 2 écrans est que les logiciels de post-traitement comme Lightroom supportent cette configuration. Vous pouvez donc avoir la photo avant retouche sur le moniteur 1 et la photo retouchée sur le moniteur 2. Vous pouvez aussi avoir la mosaïque de l'album photo sur le moniteur 1 et la photo sélectionnée sur le moniteur 2. Une fois que l'on a goûté au double écran, il est très difficile de s'en passer !

 

DSC03291

 

Dalle matte :

Les photographes travaillant le plus souvent dans la pénombre, il serait dommage de se voir dans son écran comme dans un miroir... C'est donc pourquoi une dalle matte ou semi-brillante est indispensable. Il faut éviter les dalles avec protection en verre comme sur les Apple iMac ou Cinema Display. Néanmoins, certains écrans brillants possèdent un traitement anti-reflet assez efficace. A essayer et choisir en fonction de son environnement de travail, pour éviter toute mauvaise surprise !

 

Format :

Il y a plusieurs types de format d'écran sur le marché, mais les plus courants sont le 16/9 (format de votre téléviseur) et le 16/10. Le 4/3 ayant quasiment disparu, le 16/10 est donc le meilleur compromis pour un écran photo. Pour la même taille qu'un 16/9, on a une plus grande résolution et c'est très agréable. D'ailleurs, les écrans très haut de gamme, utilise principalement ce format.

 

Type de dalle :

Il y a 4 grandes technologies de dalle d'écran, le TN (Twisted Nematic), le VA (Vertical Alignment), l'IPS (In-Plane Switching) et nouvellement l'IGZO.

 

Les dalles TN ont pour pour avantages leur faible coût de fabrication et leur excellente réactivitée (parfait pour les joueurs!). Par contre, la colorimétrie est médiocre (ne couvre même pas le spectre sRGB), le taux de contraste est faible et les angles de vision sont très réduits (en étant en face d'un écran à dalle TN, on peut voir que le haut de l'écran n'affiche pas complètement les même couleurs que le bas). Comme cité plus haut, les dalles TN sont à éviter comme le diable pour faire de la photo, même en novice !

 

Les dalles VA ont pour avantages des angles de vision relativement ouvert (on peut quand même apercevoir une très légère variation sur certaines couleurs en bougeant la tête), un excellent contraste avec des noirs très profonds (taux de contraste en général proche de 3000:1) et un bon rendu des couleurs (la techno VA étant capable de couvrir le sRGB et presque totalement l'Adobe RGB). Les dalles VA sont donc bien adaptées à la photographie et la retouche d'image. Par contre, les dalles VA sont en générales les moins réactives des 3 et consommatrice d'énergie.

Il y a 2 grandes familles de dalle VA, le MVA (Multi-domain Vertical Alignment) dont AU Optronics-Benq est le principal fabricant et le PVA (Patterned Vertical Alignment) dont Samsung est le principal fabricant. La dernière évolution du MVA est l'A-MVA+, qui fait suite à l'A-MVA (Advanced MVA). La version haut de gamme du PVA est le S-PVA et sa version « low cost » le PSA (qui remplace le cPVA). L'A-MVA et le PSA se retrouve sur des écrans d’entrée de gamme, tandis que le S-PVA est présent sur les écrans haut de gamme.

A noter que Samsung laisse plus ou moins tomber la technologie VA au profit d'une variante de l'IPS, le PLS (voir ci-dessous). AU Optronics-Benq se retrouve donc comme le seul spécialiste et supporteur de cette techno.

 

Les dalles IPS ont pour avantage des angles de vision très ouverts (meilleurs que les 2 précédentes technologies), une colorimétrie excellente (quelques rares écrans IPS sont capables de couvrir à 99% l'Adobe RGB avec le rétroéclairage adéquate), un bon contraste (taux de contraste en général proche de 1000:1) et une bonne réactivitée (certains joueurs utilisent des écrans IPS). Par contre, l'IPS est victime du « Glow Effect ». Lorsque l'on regarde l'écran de coté, les noirs peuvent virer au violet sur l'eIPS et au gris sur les autres variantes IPS. L'ajout de filtre en usine sur les écrans haut de gamme permet de réduire ce phénomène. Néanmoins, les dalles IPS sont parfaites pour la photographie et le traitement d'image. D'ailleurs, cette technologie est largement majoritaire sur les écrans de ce guide. L'IPS pousse petit à petit le VA vers la sortie.

Il y a 2 grandes familles de dalle IPS, l'IPS « classique » dont LG est le principal fabricant et le PLS (Plane to Line Switching) dont Samsung est l'unique fabricant (l'AD-PLS en étant la dernière évolution). Les évolutions de l'IPS sont nombreuses et on peut parfois s'y perdre. Pour résumer, il y a d'abord eu l'IPS, puis le S-IPS, ensuite le H-IPS, après le P-IPS et pour finir l'AH-IPS qui en est la dernière évolution. Il y a aussi l'eIPS qui est le format « économique » du H-IPS ( comme le cPVA l'était avec le S-PVA).

A noter que LG est le grand spécialiste et supporteur de l'IPS.

 

Voici une nouvelle technologie apparue cette année qui pourrait bien évincer l'IPS dans quelques années, l'IGZO. Son leader incontestable est le japonais SHARP. Le nom de cette techno fait référence à sa composition en Indium Gallium Zinc Oxyde en lieu et place du traditionnel Silicium. Grâce à cette nouvelle composition, SHARP promet une consommation en chute libre, des dalles de plus grande résolution pour la même taille, une réactivité sans précédent et une excellente colorimétrie. Théoriquement, on pourrait donc avoir des écrans Adobe RGB (avec le rétroéclairage qu'il faut), pour joueur ou cinéaste, avec une résolution 4K / Ultra HD pour une taille de 24 Pouces et ne consommant pas grand chose en électricité. Ces promesses semblent en passe d'être tenues et 2014 verra l'émergence de nombreux écrans IGZO pour photographe. Merci SHARP !

 

Rétroéclairage :

Il y a 2 types de rétroéclairage, CCFL (tubes type néon à l’arrière de la dalle. Voir l'image ci dessous) et à LED (LEDs tout autour de la dalle. Voir l'image ci dessous. Sur les téléviseurs, on appelle ça aussi « LED Edge »).

 

Le CCFL diffuse une lumière assez neutre permettant d'avoir des écrans Adobe RGB. Les tubes étant derrière la dalle, les fuites de lumière sont peu fréquentes et peu visibles.

Par contre, les tubes nécessitent un temps de chauffe de l'ordre de 30min pour pouvoir se stabiliser et être efficace. De plus, les tubes faiblissent avec le temps (le rétroéclairage perd ainsi de son efficacité) et ne sont plus très uniformes. Pour finir, le rétroéclairage CCFL est grande consommatrice d'énergie. Ce type de rétroéclairage est entrain de complètement disparaître.

 

CCFL

 

Le LED ne nécessite pas de temps de chauffe et ne faiblit pas dans le temps. La consommation d'énergie des LEDs est aussi très faible (si vous avez une âme écolo...). L'intensité des LEDs permet un meilleur contraste que le CCFL. Pour finir, le rétroéclairage LED a (si bien maîtrisé) une très bonne uniformité. Par contre, avec des LEDs tout autour de la dalle, les fuites de lumière sont presque inévitables et plus ou moins présentes (c'est malheureusement la loterie!). De plus, la Lumière blanche des WLEDs n'est pas neutre et dévie vers le bleu. Cela ne permet pas de faire des écrans Adobe RGB, mais juste de couvrir le sRGB.

 

LED image

 

De Très rares écrans utilisent un rétroéclairage RGB LED. C'est à dire qu'au lieu d'avoir des LEDs blanches, ce sont des LEDs rouges, bleus et vertes qui sont utilisés. Les avantages et les inconvénients sont les mêmes que le WLED, à l'exception de la profondeur des couleurs qui devient inégalable associée à une bonne électronique et une dalle IPS. Cela permet de couvrir l'Adobe RGB et même de le dépasser. Par contre, le RGB LED est très cher comme technologie et donc très peu utilisé.

Heureusement, il existe une variante haute gamme permettant de couvrir l'Adobe RGB et qui est apparue cette année, le GB-r LED. Des LEDs vertes et bleus sont associées à du phosphore rouge. Cela permet d'économiser les LEDs rouges tout en permettant à la dalle de couvrir entièrement l'Adobe RGB et d'avoir des performances proches d'un véritable rétroéclairage RGB LED.

 

Profondeur des couleurs :

La profondeur des couleurs est aussi appelé « Gamut ». Il y a énormément de standard, mais les 2 plus connus sont l'Adobe RGB (aussi appelé « Wide Gamut », à tort!) et le sRGB (aussi appelé « Standard Gamut »).

Le sRGB est le standard utilisé par nos ordinateurs (Windows et Mac) et les logiciels. Ce standard à l'avantage d'être « léger » et assez proche de la réalité.

Comme vous pouvez le voir ci-dessous, l'Adobe RGB est plus étendu que le sRGB dans les verts et les bleus (cyan). Il est donc encore plus proche de la réalité et parfait pour la photo. Malheureusement, ce n'est pas le standard par défaut sur nos ordinateurs. Il est donc très peu utilisé et reconnu. Pour l'utiliser, il faut donc une chaîne de travail complète en Adobe RGB (carte graphique, logiciel, écran et imprimante). C'est donc très contraignant.

Pour imager, le sRGB est comme un format compressé des couleurs. Une sorte de JPEG et de MP3. L'Adobe RGB est comme un format non-compressé des couleurs. Une sorte de RAW et de CD audio.

Si vous souhaitez régulièrement imprimer vos photos en A4, A3 et au-delà, l'Adobe RGB est indispensable pour vous. Si vous souhaitez faire de la diffusion web de vos photos ou les imprimer de temps en temps, vous pouvez rester en sRGB.

Un dernier point, tous les appareils photos reflexs sont capables de photographier en Adobe RGB.

 

AdobeRGB-vs-sRGB

 

Gamme de couleur :

La gamme de couleur peut être de 8 bits ou de 10 bits. Les écrans 8 bits affichent 16,7 millions de couleurs et les écrans 10 bits affichent 1,07 milliards de couleurs. Ca a l'air simple, non ? Pas tant que ça ! Ca se complique à cause des constructeurs.

Il y a 2 types d'écran 8 bits, les « vrais » et les « simulés ». Les écrans 8 bits « simulés » sont en fait des 6 bits + AFRC (système électronique permettant de faire clignoter les pixels très rapidement et de faire croire à l’œil humain qu'il y a 2 bits supplémentaires). Comme vous pouvez le voir dans ce guide, les « vrais » 8 bits ne sont presque pas présents dans l'entrée de gamme. Heureusement, les 6 bits + AFRC devraient disparaître d'ici quelques années.

Dans le haut de gamme, les écrans ne sont que des 10 bits « simulées » (attention au marketing des fabricants!!!), c'est à dire des 8 bits + AFRC. De vrais 10 bits tardent à arriver sur le marché.

Attention, pour profiter du 10 bits (simulé ou vrai), toute la chaîne doit l'être ! C'est à dire que votre écran haut de gamme doit être branché en Display Port (seule connectique à supporter le 10 bits) à une carte graphique professionnelle (ATI FirePro et Nvidia Quadro). Les cartes graphiques grand public (ATI Radeon et Nvidia GeForce) ne supporte que le 8 bits. De plus, il n'y a que Photoshop qui supporte le 10 bits. Même Lightroom ne le supporte pas (à vérifier sur la version 5, car c'est peut être le cas maintenant...) !

 

LUT 3D :

La LUT (LookUp Table) réceptionne les signaux RGB de l'ordinateur, les traite et les envoie à la dalle. Le LUT est une sorte de carte graphique de l'écran. Sur une LUT 1D (une dimension), les 3 couleurs primaires sont mélangées pour être traitées. Sur une LUT 3D, les signaux RGB sont traités séparément. Cela permet d'avoir de meilleur dégradé de couleur, évite le mélange des teintes et les cassures de tonalité.

 

Calibration matériel :

Lorsque l'on utilise la calibration logiciel, on calibre en fait son écran AVEC la carte graphique de l'ordinateur. Le profil de calibration créé est ainsi géré et dépendant du système d'exploitation (Windows ou Mac OS X).

Avec une calibration matériel, on ne calibre QUE l'écran (ce qui est l'objectif à la base) et le profil créé va directement dans la mémoire de l'écran. La calibration « hardware » est totalement indépendante de l'ordinateur. De plus, les logiciels fournis par les constructeurs d'écran (SpectraView Profiler pour Nec, Color Navigator pour Eizo, Natural Color Expert pour Samsung, ...) sont spécialement conçus pour une calibration matériel de l'écran de la marque, ce qui n'est pas le cas d'une calibration logiciel d'un fabricant de sonde qui est générique. Une calibration matériel est un peu plus précise et plus facile à faire.

 

Correction de l'uniformité :

Les écrans ne sont jamais uniformes. On peut plus ou moins le voir sur une image grise. Entre le centre et le reste de l'écran, on peut avoir jusqu'à 20% de différence d'uniformité et même 30% dans les pires cas, ce qui se traduit par des zones sombres ou claires. Cela peut poser des problèmes pour un photographe ou graphiste qui à l'impression qu'une partie de son image est plus sombre alors que c'est un défaut de l'écran. C'est encore pire pour de la photo noir et blanc !

Pour éviter ça, certains constructeurs (Eizo et Nec en tête, puis maintenant Dell) ont mis au point des systèmes électroniques et automatiques de correction de l'uniformité. C'est totalement transparent pour l'utilisateur. Ces systèmes (DUE chez Eizo et ColorComp chez Nec) permettent d'avoir une uniformité ne dépassant pas les 10%, voir 5% sur les modèles les plus chers. C'est extrêmement efficace et quasi indispensable pour tous les photographes passionnés à mon sens. Le seul inconvénient d'un tel système est que le contraste est un peu réduit.

 

------------------

 

Vous trouverez la liste des écrans photos en téléchargeant le fichier Excel depuis ce lien. Pour cela, allez dans « Fichier » (ou « File »), puis « Télécharger » (ou « Download »). Je vous rassure, c'est gratuit et il n'y a pas de virus ou macro louche ;-) . Vu la taille du tableau, je ne peux pas directement l'afficher dans l'article et je suis obligé de procéder de cette façon.

Si vous avez le moindre problème pour télécharger le fichier, contactez moi !

 

La catégorie « Photographe débutant » s'adresse aux photographes occasionnels ou à ceux qui souhaitent se lancer dans cette coûteuse passion. Ils n'utilisent pas de logiciel de post-traitement et ont comme appareil photo un bon compact ou un bridge.

Dans cette catégorie, on constate que les écrans utilisent des dalles « low cost ». L'Iiyama ProLite XB2483HSU-B1 se détache avec sa vraie dalle 8 bits A-MVA+ de dernière génération et sa grande taille de 24 pouces.

 

La catégorie « Photographe amateur » s'adresse aux photographes passionnés, mais pas très fortunés. Ils utilisent un compact expert ou un hybride d’entrée de gamme. Ils font un peu de retouche/post-traitement à l'aide de logiciel simple comme iPhoto sous Mac.

On y trouve les premiers écrans 16/10, les premiers 27 pouces (en Full-HD uniquement). Les dalles sont majoritairement de vrais 8 bits.

Le Samsung SyncMaster S24A850D et le NEC MutiSync EA244WMi avec leurs dalles de dernière génération et leur format 16/10 sortent du lot.

 

La catégorie « Photographe amateur exigeant » s'adresse aux photographes passionnés ayant un reflex d’entrée de gamme APS-C ou un hybride haut de gamme et utilisant le logiciel de leur constructeur d'appareil photo comme « derawtiseur ». Ils partagent leurs œuvres sur le web et peuvent imprimer de temps en temps.

Les premiers écrans Adobe RGB et les premiers 27 pouces avec de très grosses résolutions apparaissent. A part 2 modèles, les dalles sont de qualité ! Le Dell U2413 sort clairement du lot avec sa couverture Adobe RGB, sa calibration matériel avec sonde X-rite i1 et sa correction automatique de l'uniformité. Les caractéristiques sont impressionnantes et dignes de la catégorie supérieure.

 

La catégorie « Photographe expert » s'adresse aux photographes très passionnés, imprimant leurs photos et/ou ayant une galerie sur le web pour exposer leurs œuvres. Ils ont un reflex milieu de gamme (voir expert) ou un hybride expert et utilisent un logiciel comme Lightroom, AfterShot Pro ou Aperture.

On y trouve le haut de gamme des constructeurs généralistes avec des écrans de grande taille. Le top des écrans sRGB est présent avec calibration matériel, correction de l'uniformité et LUT 3D.

Les premiers écrans Adobe RGB haut de gamme apparaissent. D'ailleurs, l'Eizo ColorEdge CG223W est même certifié Fogra PreCert Classe B.Vous avez l'embarras du choix !

Le Dell U2713H et le dernier Nec PA242W sont très bien dotés pour la catégorie.

 

La catégorie « Photographe semi-pro » s'adresse aux photographes très passionnés, très exigeants et très connaisseurs. Ca peut aussi être leur métier. Ils ont un reflex expert en APS-C (voir un reflex plein format) ou un hybride professionnel et utilisent plusieurs logiciels pour traiter leurs photos (Lightroom ou Aperture + Photoshop pour de la retouche, par exemple). Ils impriment leurs photos et sont très exigeants sur le rendu.

Vous n'avez plus QUE des écrans Adobe RGB. Les écrans sont tous de haut niveau. Les premiers écrans géants 30 Pouces apparaissent. La catégorie est dominée par les 2 spécialistes que sont Eizo et Nec. D'ailleurs, le Nec SpectraView 242W et l'Eizo ColorEdge CX240 sont parfaits pour la catégorie.

 

La catégorie « Photographe professionnel » s'adresse aux photographes dont c'est le métier. Ils ont un reflex plein format (voir même plusieurs boîtiers) et utilisent plusieurs logiciels pour traiter leurs photos (Lightroom ou Aperture + Photoshop, par exemple). Ils exposent leurs œuvres dans des galeries d'art, des magazines, … Le rendu des couleurs est vital pour eux !

C'est du no-limit ! Certains écrans de cette catégorie sont calibrés en usine et ont leur dalle qui a été trié par le constructeur au préalable. La certification d'épreuvage Fogra PreCert Classe A est un standard pour la catégorie. Quelque soit l'écran, vous avez ce qui ce fait de mieux pour vos photos ! Quand Nec propose un énorme 30 pouces, Eizo intègre une sonde de calibration dans ces écrans. Le top ! A noter que le premier écran IGZO apparaît ici, mais il fait juste de la figuration en attendant la démocratisation de cette technologie.

Le Nec SpectraView Reference 242W a tout pour lui dans cette catégorie.

 

------------------

 

Une fois acheté, votre écran doit être calibré à l'aide d'une sonde. Si vous n'en possédez pas encore une (honte à vous!), vous pouvez sélectionner le profil sRGB (ou Adobe RGB s'il est supporté) dans le menu de votre écran. En général, les profils prédéfinis ne sont pas trop mauvais par défaut, même sur les écrans d'entrée de gamme. Sur les écrans très haut de gamme, ils sont même excellents car l'écran est calibré et réglé en usine dessus. De toute façon, rien ne vaut une calibration dès que vous le pouvez !

A noter que l'avenir est à Ultra HD (aussi appelé 4K) et aux dalles IGZO.

 

 

J’espère que ce guide vous aura aidé. Si vous y constatez des erreurs, n'hésitez pas à me contacter.

Repost 0
Published by Cerris - dans Informatique
commenter cet article
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 14:59

Par rapport à Eizo, il aura presque fallu une année de plus à Nec pour renouveler toute sa gamme d'écran haut de gamme, avec la dernière génération de dalles AH-IPS à rétroéclairage GB-LED. A l'exception d'un entré de gamme P242W en sRGB, la marque a pris son temps. Finalement, on note l'arrivée de 8 nouveaux modèles, remplaçant les 8 anciens. Plus exactement, de 3 écrans en 24, 27 et 30 pouces, déclinés en série « PA » (pour photographes semi-professionnels), en série « SpectraView » (pour photographes professionnels) et en série « SpectraView Reference » (pour photographes professionnels et experts en colorimétrie). La différence entre les 3 séries se situant dans les accessoires fournis, les fonctionnalités supplémentaires, la certification Fogra (normalisation de l'impression dans l'industrie) et le contrôle qualité de la dalle en usine.

Voici les caractéristiques principales des PA242W, PA272W, PA302W, SpectraView 242, SpectraView 272, SpectraView Reference 242, SpectraView Reference 272 et SpectraView Reference 302 :

 

  • Diagonale de 24 (242), 27 (272) ou 30 pouces (302).

  • Format 16/10 (pour les 242 et les 302) ou 16/9 (pour les 272).

  • Résolution de 1920x1200 (242), 2560x1440 (272) ou 2560x1600 (302).

  • Dalle matte AH-IPS de 8 bits + AFRC (10 bits simulés).

  • Gamme de couleur Adobe RGB (= 99%, sRGB = 100% et NTSC = 95%).

  • LUT 3D de 14 bits.

  • Rétroéclairage GB-LED.

  • Temps de réponse gris à gris de 8ms.

  • Rapport de contraste 1 000:1.

  • Calibration matériel (pour les séries SpectraView et SpectraView Reference).

  • Correction automatique de l'uniformité.

  • Correction automatique du vieillissement du rétroéclairage.

  • Calibration en usine avec rapport fourni (pour la série SpectraView Reference).

  • Contrôle de l'uniformité de la dalle en usine (pour la série SpectraView Reference).

  • Dalle triée et sélectionnée en usine (pour la série SpectraView Reference).

  • Certification Fogra PreCert Classe A (pour la série SpectraView Reference).

  • Connecteurs DVI-D Dual Link, Display Port 1.2, HDMI 1.4 et VGA.

  • Hub USB 3.0.

  • S'incline, pivote en portrait/paysage (sauf l'U3014), se règle en hauteur, se tourne.

  • Mode « Picture In Picture ».

  • Logiciel de calibration « Nec SpectraView Profiler » (pour les séries SpectraView et SpectraView Reference).

  • Visière anti-éblouissement (pour la série SpectraView Reference).

  • Garantie 3 ans rétroéclairage inclus (pour les séries PA et SpectraView).

  • Garantie 5 ans rétroéclairage inclus et zéro pixel défectueux pendant les 6 premiers mois (pour la série SpectraView Reference).

  • Prix de 1000 Euros (PA242W), 1350 Euros (SpectraView 242) et 1710 Euros (SpectraView Reference 242).

  • Autres modèles disponibles avant la fin de l'année.

 

NecPA242.jpg

NecSV242.jpg

NecSVR242.jpg

 

Les évolutions ne sont pas nombreuses par rapport à la génération précédente. Même l'esthétique est exactement la même ! Personnellement, ce n'est pas pour me déplaire, car j'aime beaucoup le design sobre et pro des écrans Nec. On note quand même l'arrivée de l'USB 3.0 et d'une connectique HDMI. L'essentiel se situe dans les nouvelles dalles fournis par LG qui remplace les P-IPS à rétroéclairage CCFL. Grâce à ces dalles Adobe RGB de dernière génération, la consommation est en chute libre et le contraste augmente.

L'équipement et les fonctionnalités sont toujours aussi au top de la catégorie et cela dès la série PA. On retrouve notamment une correction automatique de l’uniformité de la dalle, une correction automatique du vieillissement du rétroéclairage GB-LED, une LUT 3D et une calibration matériel efficace à partir de la série SpectraView. Les écrans Nec haut de gamme n'ont donc aucune concurrence, même chez les généralistes comme Asus avec la gamme ProArt et Dell avec la gamme UltraSharp. Il faut aller voir du côté d'Eizo et de ses séries « ColorEdge CX » (équivalent à la série SpectraView) et « ColorEdge CG » (équivalent à la série SpectraView Reference) pour trouver une telle qualité d'écran pour photographe et graphiste. Les prix entre les Eizo ColorEdge et les Nec SpectraView sont à peu près équivalents. La différence se situant dans les équipements, garanties et fonctionnalités. A noter qu'Eizo ne propose pas de modèles 30 pouces (contrairement à Nec) et ni d'équivalent à la série PA (bien pratique pour notre portefeuille!).

 

Comme l'année dernière, Nec sera présent au salon de la photo. On pourra y voir ces formidables bêtes de course idéales pour l'impression photo de qualité.

Dernier point, avec l'arrivée de ces nouveaux modèles, les 8 anciens comme le PA241W, SpectraView 271 et SpectraView Reference 301 seront soldés. Il va y avoir des affaires à faire !!! Ces écrans restant au tops et surpassant toujours les meilleurs généralistes.

Repost 0
Published by Cerris - dans Informatique
commenter cet article
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 15:52

Après un PA246Q qui a beaucoup fait parlé de lui grâce à un rapport caractéristiques/prix à faire pâlir la concurrence (Dell, Nec et Eizo)... mais aussi grâce à des problèmes de qualité à sa sortie (pixels mort et mauvaise homogénéité de la dalle), après un PA248Q qui a beaucoup moins convaincu à cause de son prix élevé pour une « simple » dalle sRGB et des problèmes de fuites de lumières (voir ici), Asus nous livre le remplaçant de la célèbre lignée des 24 pouces ProArt. En voici les caractéristiques principales :

 

  • Diagonale de 24 pouces.

  • Format 16/10.

  • Résolution de 1920x1200.

  • Dalle matte AH-IPS de 8 bits + AFRC (10 bits simulés!).

  • Gamme de couleur Adobe RGB (= 99%, sRGB = 100% et NTSC = 103%).

  • LUT 1D de 12 bits.

  • Rétroéclairage GB-LED.

  • Temps de réponse gris à gris de 6ms.

  • Rapport de contraste 1 000:1.

  • Calibration en usine (pour les modes sRGB et Adobe RGB uniquement) avec rapport fourni.

  • Connecteurs DVI-D, Display Port 1.2, VGA et HDMI 1.4.

  • Hub USB 3.0 et sortie audio.

  • Fonctions QuickFit Virtual Scale et Picture In Picture.

  • S'incline, pivote en portrait/paysage, se règle en hauteur, se tourne.

  • Garantie zéro pixel défectueux Asus.

  • Prix de 530 Euros.

 

PA249Q-1.jpg

PA249Q-2.jpg

 

Asus semble avoir compris que son haut de gamme doit supporter l'Adobe RGB. C'est donc un retour au source et cela grâce à la nouvelle dalle de LG. On appréciera aussi son hub USB 3.0 (même si ça se généralise) et son design austère, mais très pro (c'est aussi une histoire de goût.

Pour pouvoir réellement tenter de concurrencer les ténors des écrans graphiques comme Eizo et Nec, il lui manque 2 fonctions indispensables : la correction automatique de l'uniformité de la dalle et la calibration matériel. Malheureusement, Asus en fait l'impasse.... Certes, le prix n'est pas du tout le même, mais Dell a bien inclus ces 2 fonctions (plus ou moins bien!) dans son U2413 pour juste 100 Euros de plus.

 

Alors, l'Asus PA249Q intéressant ou pas ? Si vous avez absolument besoin d'un écran Adobe RGB (pour de l'impression photo) et que votre budget est limité, pourquoi pas. Mais pour 100 Euros de plus vous avez le Dell U2413 qui en propose plus et qui est un bon intermédiaire entre l'entrée de gamme Adobe RGB (que représente le PA249Q) et le haut de gamme Eizo / Nec (aux environs de 900-1000 Euros). La concurrence étant rude et les clients exigeants dans ce segment, Asus aurait du proposer l'écran à 430 Euros.

Repost 0
Published by Cerris - dans Informatique
commenter cet article
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 18:27

Avec la disponibilité des dalles AH-IPS à rétroéclairage GB-LED, Eizo en a profité pour renouvelé sa gamme d'écran professionnel pour graphistes et photographes très exigeants. Son concurrent de toujours, Nec, prend son temps... La gamme pro étant toujours composé d'écrans à dalle P-IPS à rétroéclairage CCFL. Certes, les écrans P, PA, SpectraView et SpectraView Reference sont toujours au top en terme de fonctionnalités et de colorimétrie, mais face à la nouvelle génération d'Eizo il commence à souffrir en terme de contraste et de consommation électrique. Il est donc bizarre de voir Nec ne proposer (à l'exception des P232W et SpectraView 232) que des écrans à rétroéclairage CCFL, alors que la marque est considéré (à juste titre) comme le top du top avec Eizo. Même Dell s'y est mis !

Cela est peut être entrain de changer avec l'annonce du P242W qui remplace le... P241W. En voici les caractéristiques principales :

 

  • Diagonale de 24 pouces.

  • Format 16/10.

  • Résolution de 1920x1200.

  • Dalle matte AH-IPS de 8 bits.

  • Gamme de couleur sRGB (= 99%, et NTSC = 72%).

  • LUT 3D de 14 bits.

  • Rétroéclairage W-LED.

  • Temps de réponse gris à gris de 8ms.

  • Rapport de contraste 1 000:1.

  • Correction automatique de l'uniformité.

  • Connecteurs DVI-D, Display Port 1.2, VGA et HDMI 1.4.

  • Hub USB 3.0.

  • Mode « Picture in Picture ».

  • S'incline, pivote en portrait/paysage, se règle en hauteur, se tourne.

  • Garantie 3 ans.

  • Prix de 1040 Euros.

 

05914928-photo-nec-multisync-p242w.jpg

 

Pour les photographes ou les graphistes qui impriment leur chef-d’œuvres régulièrement, cet écran n'est pas pour eux à cause d'un espace colorimétrique restreint au sRGB. Le « vieux » PA241W aura donc (encore) leur préférence. Pour le reste, cet écran est intéressant avec une finition hors pair, une correction automatique de l'uniformité très efficace et un LUT 3D sur 14 bits qui l'est tout autant. Associé à une dalle moderne AH-IPS, il devrait donc être le meilleur 24 pouces sRGB du marché. En fait, il ne lui manque que la calibration matériel (fonction uniquement réservée aux SpectraView et SpectraView Reference) !

Malheureusement, il y a un gros gros hic... le prix ! Certes, on pourra certainement le trouver entre 800 et 850 Euros sur le Net, mais même à ce prix ça reste trop élevé. Avec plus ou moins les mêmes fonctionnalités on a le Samsung S27B970D, le « vieux » PA241W Adobe RGB pour 100 Euros de plus, le Dell U2413 pour 630 Euros et même le récent Nec SpectraView 232 pour 100 Euros de moins. D'ailleurs, ce dernier a nettement ma préférence par rapport à ce nouveau P242W, car l'on gagne la précieuse calibration matériel associée à l'excellent logiciel Nec SpectraView Profiler et... 100 Euros. A moins d'être un inconditionnel du format 16/10 et du 24 pouces, ce P242W ne fait donc pas le poids à cause de son prix.

Repost 0
Published by Cerris - dans Informatique
commenter cet article
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 16:20

On connaissait le vieux format 4:3, le format grand public 16:9 et le format professionnel 16:10. On peut rajouter à cette liste un nouveau format d'écran, le 21:9 ! LG (très actif en ce moment) a donc présenté une nouvelle dalle IPS au format panoramique, il y a quelques mois déjà. Quelques fabricants d'écran comme Dell, Nec, Philips, AOC, ... et LG (bien entendu!) ont déjà sorti ou annoncé leur modèle.

Le format 21:9 n'est pas une nouveauté technique, puisque c'est le format cinéma (plus exactement, CinemaScope ou Panavision). LG pense donc avant tout aux amateurs de vidéo avec ce nouveau format d'écran. Mais pas seulement, car certains photographes amateurs pourront être très intéressés par ce genre d'écran « extra large ». En voici les caractéristiques principales :

 

  • Diagonale de 29 pouces.

  • Format 21/9.

  • Résolution de 2560x1080.

  • Dalle matte AH-IPS de 8 bits.

  • Gamme de couleur sRGB (= 99% et NTSC = 72%).

  • Rétroéclairage W-LED.

  • Réglage de la luminosité sans PWM (merci pour la fatigue de nos yeux!).

  • Temps de réponse gris à gris de 6ms.

  • Rapport de contraste 1 000:1.

 

dell-u2913wm-overview1.jpg

LG-29EA93.jpg

nec-multisync-ea294wmi.jpg

 

Grâce à sa résolution importante et à sa grande taille, un écran 21:9 peut « presque » remplacer un système informatique à 2 écrans. Les photographes ne travaillant que dans l'espace sRGB et ayant une contrainte d'espace sur leur bureau, ainsi qu'une contrainte de connectique sur leur ordinateur seront vivement intéressé par ce nouveau format. Ca doit être impressionnant de voir Lightroom sur un écran aussi large !

Pour ma part, je préfère la souplesse d'un système à 2 écrans, même si c'est un peu moins facile à mettre en œuvre. On peut en mettre un en portrait et l'autre en paysage ; on peut avoir un modèle très haut de gamme 16:10 pour le traitement et un modèle d'entrée de gamme pour l'affichage des vignettes ou des palettes graphiques ; etc ….

On peut donc souligner la bonne initiative de LG qui laisse le choix aux photographes que nous sommes, en fonction de nos besoins.

 

Les écrans 21:9 arrivent petit à petit sur le marché. On peut déjà compter sur le LG 29EA93 (600 Euros), l'AOC q2963Pm (550 Euros), le Nec MultiSync EA294WMi (pas encore disponible) et le Dell U2913WM (environ 660-700 Euros). Ils sont tous dotés de la même dalle LG, d'une connectique DVI-D Dual Link / DisplayPort 1.2 indispensable pour utiliser une résolution aussi importante et d'un hub USB 3.0.

A noter que le Dell U2913WM a ma préférence. Certes, c'est le plus cher des écrans 21:9 , mais c'est aussi le plus complet et le plus approprié pour les photographes. En effet, il propose la calibration en usine pour le mode sRGB avec rapport fourni, la correction automatique d'uniformité de la dalle et la garantie zéro pixel défectueux.

Repost 0
Published by Cerris - dans Informatique
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 19:41

Les écrans Dell « UltraSharp » Adobe RGB sont utilisés par de nombreux photographes. Les U2410, U2711 et U3011 ont une excellente réputation auprès des amateurs et même des professionnels de l'image. C'est amplement mérité, car j'utilise moi même plusieurs U2410 au travail. Néanmoins, ces écrans commencent sérieusement à dater et Dell a longuement attendu avant de se décider à les remplacer. Ca n'a pas été très grave, car ils ont toujours été dans le coup par rapport à la concurrence généraliste (Asus et HP, par exemple).

Avec l'arrivée d'une nouvelle génération de dalle LG (AH-IPS à rétroéclairage GB-LED), Dell en profite donc pour leur trouver de dignes successeurs. On note donc l'arrivée du U2413 (qui remplace l'U2410), du U2713H (qui remplace l'U2711) et du U3014 (qui remplace l'U3011). En voici les caractéristiques principales :

 

  • Diagonale de 24, 27 ou 30 pouces.

  • Format 16/10 (pour l'U2413 et l'U3014) ou 16/9 (pour l'U2713H).

  • Résolution de 1920x1200 (U2413), 2560x1440 (U2713H) ou 2560x1600 (U3014).

  • Dalle matte AH-IPS de 8 bits + AFRC (10 bits simulés!).

  • Gamme de couleur Adobe RGB (= 99%, sRGB = 100% et NTSC = 103%).

  • LUT 1D de 14 bits.

  • Rétroéclairage GB-LED.

  • Réglage de la luminosité sans PWM (merci pour nos yeux!).

  • Temps de réponse gris à gris de 6ms.

  • Rapport de contraste 1 000:1.

  • Calibration matériel via le logiciel « Dell UltraSharp Color Calibration Solution ».

  • Correction automatique de l'uniformité.

  • Calibration en usine (pour les modes sRGB et Adobe RGB uniquement) avec rapport fourni.

  • Connecteurs DVI-D Dual Link, Display Port 1.2, Mini Display Port 1.2, HDMI 1.4.

  • Hub USB 3.0 et sortie audio.

  • S'incline, pivote en portrait/paysage (sauf l'U3014), se règle en hauteur, se tourne en

  • Garantie zéro pixel défectueux.

  • Prix de 630 Euros (U2413), 1000 Euros (U2713H) et 1500 Euros (U3014).

 

dell-u2713h-overview1

 

Les évolutions ne sont pas nombreuses par rapport aux écrans qu'ils remplacent, mais elles sont au moins haut de gamme et utiles. A part la nouvelle génération de dalle, on note l'apparition de la calibration matériel et de la correction automatique de l'uniformité. Ces 2 caractéristiques importantes pour les photographes, ne sont donc plus réservées à Eizo et Nec. Mais sont elles au moins à la hauteur des 2 spécialistes japonais ?

Pas vraiment en fait... Le logiciel de calibration « Dell UltraSharp Color Calibration Solution » n'est compatible qu'avec la sonde « Xrite i1 Display Pro ». Il n'est donc pas possible d'utiliser une sonde de chez DataColor (les fameuses « Spyder ») ou même une autre Xrite. Certes, la Xrite i1 Display Pro est la meilleure sonde à moins de 200 Euros, mais ça exclu une utilisation professionnelle et exigent de l'écran avec des sondes haut de gamme. C'est vraiment incroyable et dommage de la part de Dell ! Espérons que le constructeur américain corrige rapidement le tire avec une mise à jour de son logiciel de calibration (qui d'ailleurs, ne semble pas très agréable à utiliser), mais rien n'est sur....

Concernant la correction automatique de l'uniformité de la dalle, les premiers tests que l'on trouve sur le web montre que ça fonctionne correctement, mais que c'est loin d'être aussi efficace que le système d'Eizo ou Nec.

 

En fait, Dell n'a pas (ou n'a pas pu) été jusqu'au bout de sa démarche d'écrans photos pouvant rivaliser avec les 2 spécialistes du secteur. C'est vraiment dommage, mais ça explique aussi les prix très compétitifs. On ne peut pas tout avoir dans la vie !

Si vous êtes un photographe très exigent, les nouveaux Dell ne vous combleront pas totalement et vous vous tournerez logiquement vers les nouveaux Eizo ColorEdge. Pour les autres photographes, ils seront parfaits... si vous rajoutez 200 Euros pour l'achat d'une sonde « Xrite i1 Display Pro ».

 

3 dernières petites choses :

Attention aux noms qui sont très proches des modèles sRGB ! La différence se situe dans une petite lettre supplémentaire à la fin, le M. Cette lettre permet d'identifier les modèles sRGB beaucoup moins performants. Ainsi l'U2713HM est le modèle sRGB. Pas très pratique de s'y retrouver pour les acheteurs !

« PremierColor » est un label purement marketing qui signifie juste que l'écran est doté d'une dalle LG AH-IPS à rétroéclairage GB-LED.

Maintenant, on attend la riposte des autres constructeurs !

Repost 0
Published by Cerris - dans Informatique
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 17:57

Comme je l'avais souligné dans mon guide des écrans photos, il n'était jusqu'à maintenant pas possible d'avoir des écrans Adobe RGB avec un rétroéclairage LED (à part quelques très très rares exceptions très coûteuses, grâce au RGB LED). C'est d'ailleurs pourquoi les écrans à rétroéclairage CCFL (tube) sont encore sur le marché. Ca va changer, car LG a présenté une nouvelle génération de dalle AH-IPS à rétroéclairage LED couvrant l'Adobe RGB. Mais comment le fabricant coréen de dalle a t'il fait ?

 

Jusqu'à maintenant les dalles AH-IPS ne couvraient que le sRGB et utilisaient un rétroéclairage WLED (LEDs blanches tout autour de la dalle). La lumière dégagée par les LEDs blanches n'étant pas neutre, il a fallu que LG trouve un autre moyen. La solution qui nous vient en tête est l'utilisation du rétroéclairage RGB LED, c'est à dire utiliser des LEDs rouges, vertes et bleus. C'est presque ça ! LG utilise une variante beaucoup moins coûteuse et pratiquement tout aussi efficace, le rétroéclairage « GB LED ». Non non, il ne ne manque pas le « R » de la couleur primaire rouge ! En fait, le coréen utilise bien des LEDs vertes et bleus associées à du phosphore rouge. Ainsi, LG fait l'économie très avantageuse de LEDs rouges. Les dalles AH-IPS à rétroéclairage GB LED sont donc moins coûteuses et difficiles à fabriquer que les « pures » RGB LED. En voici les principales caractéristiques :

 

  • Type de dalle AH-IPS.

  • Rétroéclairage GB LED.

  • Profondeur des couleurs 100% sRGB, 99% Adobe RGB et 104% NTSC.

  • Gamme de couleur 8 bits + AFRC.

  • Tailles d'écran 24, 27 et 30 Pouces.

  • Formats 16/9 (pour le 27 Pouces) et 16/10 (pour le 24 et 30 Pouces).

  • Résolutions 1920x1200 (24 Pouces), 2560x1440 (27 Pouces) et 2560x1600 (30 Pouces).

 

On constate que ces nouvelles dalles font mieux en terme de couverture Adobe RGB que les meilleures dalles à rétroéclairage CCFL. C'est donc très positif et on peut d'ores et déjà annoncer la disparition programmée de la vieillissante technologie CCFL. Par contre, les (coûteuses) dalles à rétroéclairage RGB LED font toujours mieux avec une couverture phénoménale de 100% Adobe RGB et 123-133% NTSC.

Un point négatif, alors que LG communique sur des dalles 10 bits, ce n'est malheureusement toujours pas le cas. Ce sont bien des dalles 10 bits simulées. A quand de vrais dalles 10 bits ?

 

Cette nouvelle génération de dalle est déjà disponible pour les fabricants d'écran comme Dell, HP, Asus, Eizo, .... Elle est destinée a remplacer les écrans haut de gamme Adobe RGB, à rétroéclairage CCFL. Le prix de ces écrans devrait donc démarrer aux alentours de 900 Euros pour du 24 Pouces. On va donc voir l'apparition d'une multitude d'écran utilisant les dalle de LG sous différentes tailles. La différence se fera donc sur les caractéristiques annexes comme le type de calibration, le LUT, la connectique, la garantie et le prix. D'ailleurs, Eizo a eu l'exclusivité de la version 24 Pouces. En effet, le ColorEdge CX240 et le ColorEdge CG246W sont déjà disponibles depuis fin 2012. Dell a déjà annoncé ses U2413 et U2713. Quand à Asus, le PA249Q va arriver prochainement.

 

Maintenant, je me pose une question, comment va riposter Samsung avec ses dalles PLS ? Est ce que l'autre grand fabricant de dalle va nous sortir une dalle PLS Adobe RGB haut de gamme ? Car son éternel concurrent coréen vient de frapper très fort et les fabricants risquent tous de se tourner vers LG.

Les écrans photos évoluent enfin, pour le bonheur des photographes que nous sommes.

Repost 0
Published by Cerris - dans Informatique
commenter cet article
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 14:52

Comme vous avez pu le voir ici, le Père Noël m'a gâté avec une tablette graphique Wacom Bamboo Pen et sa housse de protection. Aujourd'hui, il est temps d'en parler après l'avoir déballé, testé et adopté.

 

 

Déballage :

Dans la boite, on trouve les éléments suivants :

  • La tablette au format A6 bien protégée.

  • Le stylet avec un petit capuchon en plastique protégeant la mine et un autre protégeant l’arrière.

  • Un petit sachet en plastique contenant 3 pointes de rechange et une petite bague en métal servant à extraire la pointe du stylet.

  • Le câble mini-USB vers USB servant à relier la tablette à l'ordinateur.

  • Une petite boite en carton contenant le CD avec les pilotes (Windows et Mac OS), le guide d'installation papier et le code de téléchargement pour le logiciel de dessin ArtRage 2.6.

 

En ce qui concerne l'emballage de la housse et bien on ne retrouve que celle-ci !

Ci-dessous, la tablette, avec son câble USB, le stylet avec les capuchons de protection et la housse officiel Bamboo que j'ai eu séparément.

 

DSC03357

 

 

Présentation :

La tablette et le stylet respire la qualité. Aucun craquement, assemblage parfait et plastique de qualité pour la tablette. Aucun jeu dans le bouton du stylet et aucune sensation de fragilité dans celui-ci. L'ensemble est classieux.

La tablette possède 4 petits patins en caoutchouc à l’arrière pour éviter quelle glisse et une languette en tissu à son bout. Cette languette sert de porte stylet lorsqu'on ne l'utilise pas. Sur son dessus, il y a un revêtement brillant (très salissant avec les traces de doigt), une diode et la surface d'utilisation granuleuse. Je pensais que le revêtement brillant était tactile et bien non, c'est juste de la décoration. La tablette est deux fois plus épaisse qu'un bon tapis de souris, mais à l'utilisation, on a plutôt la sensation que c'est équivalent. Il n'y a aucun bouton (pour cela, il faut prendre le modèle au dessus « Pen & Touch »), juste la prise mini-USB.

Le stylet est doté d'un bouton à double-clique sur son côté. Comme je l'ai dis plus haut, sa mine peut être changée. Je pensais que le côté opposé vert était une gomme, ce n'est malheureusement pas le cas. Là aussi, il faut s'offrir le modèle au dessus pour avoir cette fonctionnalité.

Bon point, le stylet fonctionne sans pile et la tablette est juste alimentée par le câble USB (d'ailleurs trop court si l'on souhaite la brancher à l’arrière d'une tour) !

 

Concernant la housse de protection, elle est en feutre. Ca semble bizarre au début, car je m'attendais à du tissus. Mais finalement, c'est plutôt bien vu ! Le feutre est assez épais et doux. La tablette est donc bien protégée des petits chocs et des rayures.

On retrouve la couleur verte de la tablette sur le scratch et la brodure « Bamboo ». Avec le long et large scratch, la fermeture est excellente. La tablette ne pourra pas s'échapper. Autre bon point, la languette pour y glisser le stylet. Par contre, pas de double poche pour y mettre le câble USB. Néanmoins, la housse est bien plus grande en longueur que la tablette, on pourra donc aussi y loger le câble dans le même compartiment.

 

Voici la tablette qui se glisse dans son petit lit douillet :

 

DSC03358

 

 

Installation :

Avant de connecter la tablette à l'ordinateur, il faut installer les pilotes de celle-ci. Pour cela, on glisse le CD fourni dans son lecteur. Pour information, sur mon CD, il est inscrit que mes pilotes sont en version 5.2.5. Vous verrez que ça a son importance plus loin.

Une belle interface d'installation s'affiche (voir ci-dessous) et demande si vous êtes droitier ou gaucher. Pas de soucis, le choix n'est pas définitif.

 

Installation-copie-1.jpg

 

Les pilotes s'installent, puis c'est au tour du Bamboo Dock de s'installer à la suite. Une fois terminée, il vous est demandé de redémarrer.

On peut voir que deux logiciels se sont installés sur votre ordinateur :

  • Préférences Bamboo, les pilotes servant à paramétrer votre tablette et votre stylet.

  • Bamboo Dock, un tableau de bord permettant de télécharger des applications et les mises à jour pour votre tablette.

 

On peut connecter la tablette à l'ordinateur et elle est maintenant parfaitement reconnu.

Avant de la paramétrer, il faut l'enregistrer sur www.wacom.eu/register pour télécharger gratuitement le logiciel de dessin/peinture ArtRage 2.6. Pour cela, il faut se créer un compte, inscrire le numéro de série de la tablette et indiquer le code de téléchargement que l'on a eu avec. Ensuite, on reçoit le numéro de licence d'ArtRage par email. Pour finir, on télécharge le logiciel, on l'installe et on l'active avec le numéro de licence reçu.

 

La tablette est complètement paramétrable grâce à Préférences Bamboo. L'interface de ce logiciel est très austère et ça surprend par rapport à Bamboo Dock et à l'interface d'installation qui sont eux très colorés. On fera avec.... Avec le logiciel, on peut paramétrer les éléments suivants :

  • Le ou les écrans d'ordinateur correspondant à la surface d'utilisation de la tablette (Youpi, le double écran est reconnu !!!).

  • la surface d'utilisation de la tablette.

  • Si vous êtes gaucher ou droitier.

  • La pression du stylet.

  • Mettre le stylet en mode souris ou stylet.

  • Les boutons du stylet (cliques droit, gauche ou autres).

  • ….

 

Avec Bamboo Dock, on a un tableau de bord de la tablette graphique. On a ainsi accès à un tutoriel (très basique...) et à des applications gratuites (jeux, logiciels et utilitaires) à la manière de Google Play pour une tablette Androïd ou de l'AppStore pour les iPad. C'est bien vu et amusant, mais il n'y a que très peu d'applications. Néanmoins, quelques petites pépites sont disponibles, comme Livebrush et Philter par exemple.

Avec Bamboo Dock, on est aussi alerté des dernières mises à jour des pilotes. Ca tombe bien car une version 5.3.0 est disponible ! J'ai donc mis à jour les pilotes de ma tablette (v5.2.5 vers v5.3.0) et là... ça été le drame. Alors que jusqu'ici la tablette se comportait à la perfection sous Windows 7, ces nouveaux pilotes (qui semblent être non finalisés) m'ont complètement perturbé l'utilisation de celle-ci. Ma souris rentrait en conflit avec elle, la tablette ne suivait pas les paramètres que j'avais préalablement défini et mon double écran n'était pas tout le temps reconnu. J'ai donc tout désinstallé et réinstallé à partir du CD (pilotes v5.2.5) pour revenir en arrière. Ouf, ça refonctionne ! Il semble donc qu'il ne faut pas écouter Bamboo Dock et ne pas installer la mise à jour v5.3.0 des pilotes. Il faudra attendre que Wacom prépare une mise à jour réellement propre et finalisée.

 

 

Utilisation :

La prise en main est rapide et facile. Néanmoins, il faut un peu d'utilisation pour être parfaitement à l'aise et surtout précis.

Lorsque l'on approche le stylet de la tablette, la diode bleue s'intensifie. Cela veut dire que le stylet se trouve dans l'espace d'utilisation de la tablette. Il suffit alors de bouger le stylet sans toucher la tablette, pour bouger le curseur de la souris à l'écran. Lorsque l'on touche la tablette avec le stylet, une action se produit (un clique de souris ou le début d'un dessin par exemple).

Le stylet étant sensible à la pression, plus on appuie, plus le trait est gros. J'avais peur de rayer la tablette avec le stylet (c'est mon côté maniaque), mais pas du tout. C'est fait pour.

La tablette et le stylet sont très précis. Aucun problème avec ça !

 

La tablette s’intègre parfaitement au système d'exploitation (Windows 7 dans mon cas) et peut aisément remplacer la souris ET le clavier. En effet, un clavier virtuel et la reconnaissance d'écriture sont disponibles à tout moment. De plus, le bouton double-clic sur le corps du stylet remplace le clique gauche et droit de la souris (paramétrable). On peut aussi utiliser la tablette, puis la souris et le clavier à la suite, sans farfouiller dans les réglages.

 

La tablette et le stylet sont utilisables dans tous les logiciels que j'ai pu essayer. GIMP, Inkscape et même Lightroom. C'est fun et très amusant. Au bout d'un moment, c'est tellement pratique qu'on l'utilise tout le temps et qu'on en oublie la souris.

 

Vu le peu de place sur mon bureau, je l'utilise sur mes genoux (pour le moment) et c'est très bien ainsi. Je suis à l'aise.

 

 

Conclusion :

Cette tablette graphique de Wacom (LE spécialiste incontestable!) est vraiment ultra complète par son offre logicielle et matérielle. Elle est très bien conçue pour seulement 50 Euros. Elle est parfaite pour les débutants comme moi. Je suis impressionné, chapeau Wacom !

Pour ceux qui souhaite un peu plus ou qui ne débute pas avec une tablette graphique, je leur conseille le modèle au-dessus et plus exactement la Bamboo Fun Pen & Touch S à 85 Euros. Elle est parfaitement similaire à la Bamboo Pen & Touch (76 Euros), mais pour 9 Euros de plus vous avez Adobe Photoshop Elements 9 et ArtRage 3.

 

Points positifs :

  • Finition et qualité excellente.

  • Look.

  • Tablette relativement peu épaisse.

  • Prix attractif vu l'offre matérielle et logicielle.

  • Pas besoin de pile pour le stylet.

  • Précision.

  • Compatible avec le double écran.

  • Paramétrage complet

  • Intégration parfaite au sein du système d'exploitation.

  • Applications gratuites dédiées...

 

Points négatifs :

  • … mais peu nombreuses.

  • Certaines versions des pilotes pouvant créer des problèmes.

  • Tutoriel trop simple.

  • Partie brillante sensible aux traces de doigt.

  • Câble USB un peut trop court.

  • Manque des boutons sur la tablette (il faut prendre le modèle au-dessus).

  • Manque une gomme sur le stylet (il faut prendre le modèle au-dessus).

 

Concernant la housse, c'est un beau cadeau que j'ai eu. Elle fait sont travail. C'est à dire quelle protège bien le stylet et la tablette. La qualité et le look sont là.

Cette housse est également compatible avec les Bamboo Pen & Touch et Bamboo Fun Pen & Touch S. Elle coûte 20 Euros, pas loin de la moitié du prix de la tablette... quand même.

 

Points positifs :

  • Bonne finition.

  • Look.

  • Permet aussi de ranger le stylet.

  • Protège bien la tablette et le stylet.

  • Housse vaste en longueur.

 

Points négatifs :

  • Pas de poche/compartiment dédié pour y loger le câble USB.

  • Prix un peu élevé pour une simple housse.

 

Je n'exclue pas de mettre à jour cette revue (si le besoin s'en fait sentir) à force d'utilisation et d'expérience. :-)

Repost 0
Published by Cerris - dans Informatique
commenter cet article

Matériels Photographiques

Réflex numérique:
Sony A300 avec poignée verticale.

Objectifs: 
Carl Zeiss Vario-Sonnar 16-80mm, F3.5-4.5.
Sony 18-70mm, F3.5-5.6.
Sony G 70-400mm, F4-5.6 SSM.
Sony 100mm Macro, F2.8.

Informatique:
Ordinateur de bureau 16Go RAM Core i7 2600.
2 écrans ViewSonic VP2365-LED.
Sonde de calibration X-Rite i1 Display Pro.
Tablette Graphique Wacom Intuos M.
Ordinateur portable HP ProBook 4330s.
Tablette Graphique Wacom Bamboo Pen.
Adobe LightRoom 3.6 en 64bits.
GIMP 2.8.8.

Autres:
Sac Lowepro Flipside 400AW.
Trépied Velbon CX-540.

Compte Twitter

Catégories Des Articles

Liens